Transports – comment se déplacer à Bali ?

Il existe énormément de moyens de transports pour vous déplacer à Bali, et dans cet article, je vais essayer de vous guider au mieux, afin que vous ne fassiez pas les mêmes erreurs que nous. En général, quand on visite Bali, on veut passer un maximum de temps sur la plage, ou dans les rizières, mais pas dans un bus bondé, ou à l’arrière d’un taxi dont le chauffeur est désagréable… 

Comment se déplacer à Bali ?
  • En bus : le problème des bus, c’est qu’ils sont de moins en moins nombreux, donc vous allez devoir prendre votre mal en patience. De plus, leurs prix sont aléatoires (vous paierez 2 à 3 fois plus cher que les locaux), et pour peu que vous ayez un gros sac à dos avec vous, ça risque de ne pas être pratique. aMais si vous avez le temps, et de la patience, ça sera la solution la moins chère. Pour nous qui ne restions que 2 semaines à Bali, ça aurait été une trop grosse perte de temps.
  • Louer une voiture sans chauffeur : moins conseillé à Bali, surtout parce que les routes sont surchargées, qu’ils roulent un peu comme des fous, et personnellement, je n’aurais jamais osé rouler là-bas (pourtant j’ai roulé à Paris, Los Angeles, et en Italie hahaha).

Si vous décidez de louer une voiture, pensez aux points suivants :

  1. Vous aurez besoin d’un permis de conduire international (à retirer à la commune de votre ville avant le départ).
  2. A Bali, on roule à gauche.
  3. Faites attention aux assurances, et n’oubliez pas que la conduite à Bali est “un peu” anarchique.

 

  • Faire appel à un guide/chauffeur : quand nous sommes allées à Jatiluwih, nous avions fait appel à un guide francophone (dont nous avions trouvé les coordonnées sur le blog Balisolo). C’était topissime (bon, mise à part une petite incompréhension au niveau de l’heure de départ, mais vite oubliée grâce à la gentillesse et la disponibilité de notre guide !) Non seulement vous ne devez pas vous soucier de la route, mais en plus, le guide vous emmène dans de chouettes endroits (plantation de café, cascade “secrète”, temples, et la cerise sur le gateau : les rizières de Jatiluwih). Je recommande très chaudement ! (niveau tarifs, c’est un peu plus élevé que de prendre un simple taxi, mais vous bénéficiez de conseils et du savoir d’un Balinais, et pour moi, ça n’a pas de prix (et soyons honnêtes, ça reste très abordable !)
  • Louer un scooter : pour certaines personnes, c’est la meilleure solution en matière de transports (facile, rapide, on passe entre les voitures, tout le monde se balade en scooter/mobilette à Bali), mais honnêtement, après avoir vu comment les balinais roulaient, c’était moyennement rassurant pour nous :-/ Mais pour les courts déplacements, et si le trafic ne vous fait pas peur, foncez !
  • Le taxi : alors, là, je dois vous mettre en garde, parce que tous les taxis que nous avons rencontrés n’ont pas été suuuuuper honnêtes. Quand nous sommes arrivées à l’aéroport le premier soir, nous nous étions mis en tête de rejoindre l’hôtel à pieds, ça n’avait pas l’air très loin sur la carte. Mais le simple fait de sortir de l’aéroport à pieds a été une sacrée aventure (on slalommait entre les voitures, on ne savait pas trop par où aller, on se faisait alpaguer dans tous les coins par les chauffeurs de taxi, et le tout en étant hyper fatigues de notre voyage… bref, on a vite cédé, accepté l’offre d’un taximan, et “en voiture Simone!” Le deuxième taximan que l’on a rencontré le lendemain pour aller à Uluwatuh était adorable, nous a raconté plein d’anecdotes, nous a posé des questions sur la Belgique, bref, une chouette rencontre.

 

Par contre, le dernier jour en arrivant à Sanur, l’horreur : nous cherchions un taxi avec compteur, donc nous avons dû “repousser” des dizaines de taxis en quête de touristes. Enfin, nous trouvons un taxi Blue Bird (LA compagnie de taxis avec compteur à Bali), dans lequel nous montons… et très vite, nous nous rendons compte qu’il n’a pas lancé le compteur. On lui demande gentiment, il refuse “it’s ok, it’s ok”… j’entends encore Caro “no it’s not ok !!!” 😀 Bref, bagarre, il a fini par mettre le compteur en route, mais l’ambiance est devenue glaciale… et il a refusé de nous déposer devant notre hôtel pour une raison obscure. Et bien entendu, il n’avait pas de change pour nous rendre l’argent au moment de payer.

Donc, voici quelques conseils si vous prenez le taxi à Bali :

  1. Toujours, TOUJOURS prendre un taxi avec compteur, ou convenir du montant à payer AVANT de monter en voiture.
  2. demander à la réception de l’hôtel où vous loger de vous appeler un taxi, en demandant le prix. C’est au final la meilleure solution qu’on ait trouvée, et on n’a jamais eu de souci 🙂

 

Transports - taxi

  • Uber : on a essayé Uber à Kuta… on n’a jamais vu notre chauffeur arriver, et on a fait appel à un taxi 😉 Et d’après ce que j’ai lu depuis sur le web, c’est assez compliqué pour les Uber à Bali. 
  • Le bateau : pour aller sur les îles, vous n’aurez pas le choix. Nous avions réservé à l’avance (si vous n’avez pas encore lu nos mésaventures en bateau, c’est par ici !), mais au final, je pense que le mieux, c’est de réserver sur place la veille (et de marchander). On a un peu regretté d’avoir tout payé à l’avance, puisqu’on n’a pas eu tout ce qu’on avait demandé…

 

A bientôt… pour de nouvelles aventures 🙂

Certains liens repris dans cet article renvoient sur des sites affiliés. En cliquant et réservant/achetant, vous pourriez me faire gagner un peu d’argent 🙂

Related posts:

Share this...
Share on FacebookPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+Share on StumbleUpon
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge